Résilience et Capacités Agroalimentaires 2030

Dans le cadre du plan d’investissement France 2030, un nouvel appel à projet est ouvert pour améliorer la résilience et les capacités agroalimentaire de la France d’ici 2030. En ces temps troublés, l’objectif est de s’inscrire dans une logique de souveraineté alimentaire.

Les projets d’industrialisation avec une dépense minimale de 3 millions d’euros sur une des thématiques suivantes sont éligibles :

  • Relocalisation des maillons industriels stratégiques ;
  • Industrialisation pour répondre aux besoins alimentaires de demain ;
  • Industrialisation pour réussir la transition agroécologique ;

Les projets de structuration de filières visant à mettre en place des démarches collectives de transition et de résilience des filières agricoles et agroalimentaires sont éligibles à partir de 500 000€ de dépenses (200 000 € en outre mer).

Les montants d’aides sont compris entre 20 et 60% des dépenses éligibles en fonction de la typologie du projet et du type de porteur de projet.

Les candidatures peuvent être déposées dès aujourd’hui jusqu’au 19 juillet 2022. Une seconde relève aura lieu le 3 novembre 2022.

Ilex Environnement vous accompagne dans la construction de vos partenariats, la structuration de vos projets et la rédaction de vos candidatures.

Bénéficiez de notre expérience pour vous assurer de l’éligibilité de votre projet et bénéficier d’un accompagnement personnalisé.

HORIZON EUROPE – Programme de financement pour l’innovation

Le conseil de l’Union Européenne a adopté le 15 mars en première lecture sa position sur la proposition de règlement Horizon Europe, programme dédié à la recherche et l’innovation.

Le programme entend contribuer à l’objectif d’un investissement global (public et privé réunis) d’au moins 3% du produit intérieur brut de l’Union dans la recherche et le développement.

Il est mis en œuvre au moyen d’un programme spécifique – qui nous intéresse ici – et d’une contribution financière à l’Institut européen d’innovation et de technologie. Cela représente un budget de 86,123 milliards d’euros sur la période 2021-2027.

Répartition de l’enveloppe

Le premier programme spécifique se divise lui-même en plusieurs parties.

Un pilier I « science d’excellence », doté de 23,546 milliards, visant notamment l’attraction de nouveaux talents en matière de R&I et de chercheurs en début de carrière et d’éviter la « fuite des cerveaux ».
Un pilier II « problématiques mondiales et compétitivité industrielle européenne » doté de 47,428 milliards d’euros, ainsi répartis :

  • 6,893 milliards pour le pôle « Santé »
  • 1,386 milliard pour le pôle « Culture créativité et société inclusive »
  • 1,303 milliard pour le pôle « Sécurité civile »
  • 13,462 milliards pour le pôle « Numérique, industrie et espace »
  • 13,463 milliards pour le pôle « Climat, énergie et mobilité »
  • 8,752 milliards pour le pôle « Alimentation, bioéconomie, ressources naturelles, agriculture et environnement »

Ces six pôles sont « interconnectés au moyen d’infrastructures de recherche paneuropéennes, qui, séparément et ensemble, favorisent une coopération interdisciplinaire, intersectorielle, transpolitique, transfrontière et internationale ».

Un pilier III « Europe innovante », doté de 11,937 milliards, encourageant « toutes les formes d’innovation, y compris l’innovation non technologique, essentiellement au sein des PME.

Finalement, une partie « élargir la participation et renforcer l’espace européen de la recherche (EER) », dotée de 3,212 milliards, et qui comprend notamment un volet « Élargir la participation et propager l’excellence » – visant entre autres l’amélioration des compétences de gestion en matière de R&I, le renforcement des « écosystèmes d’innovation », la création de réseaux, etc.

Impact du Covid-19

En réponse à la pandémie et à ses dommages, 5 milliards d’euros supplémentaires seront alloués aux actions de R&I. La priorité sera donnée aux PME ainsi qu’aux projets collaboratifs relevant du pilier II, avec la répartition indicative suivante : 25% pour le pôle « santé », 25% pour le pôle « numérique », 25% pour le pôle « climat » et 25% pour le CEI.

Article source – Banque des territoires